logo





Quand le PS truque les chiffres : pour qui ou pourquoi ?


logo

Si j’étais militante socialiste, j’aimerais assez voir mettre en place sur le sujet une petite commission d’enquête.

Selon BuzzFeed.fr, le PS aurait payé des internautes pour faire semblant de s’intéresser à la primaire de la gauche. Jusque-là, c’est un peu ballot parce que personne ne serait jamais allé vérifier combien d’internautes s’étaient ou non préoccupés de nos sept candidats de gauche… Entre nous, on a quand même autre chose à faire.

La mise à jour des résultats de la primaire à 10 heures du matin ce lundi était plus que suspecte : le nombre de voix avait augmenté de façon parfaitement homogène entre tous les candidats, leur gardant à tous les mêmes pourcentages que la veille au soir, ce qui, en termes de statistiques, est quasi impossible.
Christophe Borgel, président du comité d’organisation de la primaire, a finalement admis avoir demandé la publication de faux résultats en attendant que les vrais ne soient connus et a lancé cette explication très convaincante : « Il y a eu un bug… »
Sur RTL, un peu plus tard, il a précisé que ce bug serait, en fait, une « erreur humaine ». « Une erreur vraisemblablement d’un de nos permanents. »

Chapeau, l’artiste ! Et on est censé vous croire sur parole ?
Si j’étais militante socialiste, j’aimerais assez voir mettre en place sur le sujet une petite commission d’enquête dont ils ont le secret rue Solférino.

Parce que, dans cette histoire, les donneurs de leçons professionnels voient leur crédibilité sérieusement mise à mal…
Quand on a commencé à renifler le bidouillage des chiffres de la participation à la primaire de la gauche, nous nous sommes demandé : mais pour quel candidat ont-ils fait cela ?

On n’y était pas du tout : ce n’était pas « pour qui », c’était « pourquoi ? »

Pourquoi ? Mais pour ne pas perdre la face, pardi !
Parce que 400.000 votants de plus ou de moins, ça fait quand même la différence entre une primaire potable et un véritable fiasco… Certes.

Mais là, on raisonnait comme des Bisounours…

Imaginez, une seconde, que ce trucage de chiffres se soit passé durant la primaire de la droite et du centre. Et imaginez une autre seconde que l’organisation de ladite primaire ait été confiée, allez, au hasard, à une personnalité irréprochable de l’UMP. Am stram gram… Patrick Balkany ! Là, d’un coup, je vois que vous commencez à comprendre…

Eh oui : 400.000 votants supplémentaires équivaut à 400.000 euros de plus dans les caisses du Parti socialiste. Et pas en chèque avec une facture en face, non ! 400.000 « personnes » qui ont « sorti leur petit porte-monnaie » et qui on « déboursé un euro chacune » pour pouvoir voter pour le candidat de leur choix.

Ou qui sont censées l’avoir fait !
Parce que, bien sûr, on n’est plus sûr de rien, maintenant…
Mais bon, on va arrêter de polémiquer parce que ça énerve monsieur Cambadélis… « La haute autorité qui recueille les résultats a parlé.
Toute mise en cause sera passible des tribunaux. » On nous aura prévenus !


Emmanuelle Duverger
crédit:bvoltaire.fr



Acces aux archives de notre site
Accueil