logo

De Gaulle
ou la saga de l'illusionnisme (1)
logo
Stupéfaits par l'idolâtrie portée, 70 ans après, à un homme que les Français d'Algérie connaissaient depuis 1943 pour ses intrigues, ses parjures, ses tromperies et finalement par ses impostures, plus particulièrement lors de sa capitulation sans condition, le 19 Mars 1962 à Evian.

L'humiliation infligée par les représentants FLN, militairement vaincus, aux délégués fantoches d'une France politiquement bafouée n'entama pas la gloriole du général Képi Kapote : officier éphémère qui s'était rendu à l'ennemi, prisonnier complaisamment et grand absent de tous les champs de bataille où la France livra combat.

Auteur de la décapitation de l'élite de l'Armée Française il devait aussi abandonner à l'ennemi militairement vaincu mais vindicatif, 1 200 000 citoyens français des 15 Département d'Algérie et du Sahara à la vindicte de ses assassins, en interdisant que tout secours leur soit porté.

Déjà, lors de la reddition japonaise en Août 1945, Charles De Gaulle, Président du Conseil de la Libération n'avait pas jugé bon de réclamer la restitution des prisonniers français au motif qu'ils étaient vichystes.

Le 19 mars 1962, la même infamie fut de nouveau consommée avec l'oubli d'évoquer le sort des 340 soldats français prisonniers du FLN.

Dès lors, demeure incompréhensible le véritable culte entretenu envers un personnage aussi infâme. Que des héritiers, intéressés par l'occultation de ces turpitudes profitent de cet héritage usurpé peut se comprendre. Que la gauche s'y prête aussi peut s'expliquer sur son intérêt à masquer les turpitudes évoquées dans la mesure où elle en a été, peu ou prou, la complice et la bénéficiaire à plusieurs occasions, Mais que la presse se fasse le tombeau de ces vérités est proprement scandaleux et ruine la crédibilité dont elle se pare.

Aussi, Pieds-Noirs d'hier et d'aujourd'hui a souhaité faire connaître, mois après mois, à ceux qui ont été victimes de ses agissements odieux, l'incontestable vérité des impostures et des infamies commises par Charles De Gaulle ; bien que celles-ci vous sont cachées et couramment falsifiées par des faussaires qui tiennent absolument à faire d'un imposteur un sauveur de la France alors qu'il en est le fossoyeur.

Sans un jour de présence sur un champ de bataille depuis juin 40, ce faussaire gagnera la guerre et reprendra le pouvoir pour piétiner la République, la Démocratie et finalement la France.

Le gaullisme n'a jamais gagné de batailles autrement que par la plume et le verbe.

La dialectique perverse du Général Président date de Septembre 1940 quand le chef qui, le 18 Juin 1940 refusait la défaite se mue en seul représentant du «pouvoir politique de la France », c'est-à-dire le sien.

À trois reprises durant son existence, Charles De Gaulle a rompu le combat. Les deux dernières fois, en 1946 et en 1969, c'est sur le terrain politique qu'il a renoncé à une partie qui, si elle était compromise, ne pouvait passer pour désespérée. Une telle attitude n'a pu qu'en surprendre beaucoup car celui qui s'est imposé comme guide ne saurait se dérober par la suite sans contredire sa prétention et altérer son image, même et surtout si l'une et l'autre s'étaient voulues consacrées par l'Histoire.

Ne serait-ce pas alors, dans le premier des trois grands échecs qu'a connu De Gaulle -lorsque le 2 mars 1916 il fut capturé devant Verdun- que se trouve, pour partie du moins, la clé d'un comportement aussi déconcertant ? Les circonstances mal connues de l'affaire, les différentes versions qui en furent données, le silence que le général conserva toujours à son sujet ont rendu difficile d'en évaluer l'influence sur sa démarche ultérieure.

De Gaulle n'est qu'un produit au courage fabriqué de toutes pièces par les médias sur lesquels il a su mettre la main, pour construire une image dont la droite et la gauche tirent encore partie pour abuser leurs électeurs en jouant avec l'inconscient collectif de la population française formaté par les contrefaçons inculquées par la propaagande gaulliste

Il se rend en 1916.....


les deux Versions sur sa participation à la guerre de 1914
Il y a une suite au présent dossier (2)du N0°193 02/2011
Au sujet de l'armistice de juin 40
Juin 1940.. La fuite ..du N0°195 04
Il y a une suite au présent dossier (2)du N0°193 02/2011/2011, en attendant le prochain épisode...


Retour vers documents
Nouvelles pages
Accueil